EN DIRECT SUR ALT RADIO DIRECT 00:00 - 19:00 : La playlist ALTRADIO

Festival « Les Nuits d’Orient » 2015 : le bilan

Quelques semaines après la fin du Festival les Nuits d'Orients 2015 de Dijon, Laurence Baise, coordinatrice du festival, revient sur les moments forts qui ont marqué cette nouvelle édition.

Festival « Les Nuits d’Orient » 2015 : le bilan
© Zutique Production

« Rester unis dans nos différences », c’est bien là le mot d’ordre du festival les Nuits d’Orient qui se tient chaque année à Dijon. Pour sa 16ème édition, une programmation toujours plus conviviale a été proposée au public avec pour objectifs d’accompagner les pratiques amateurs et l’éducation artistique avec une culture accessible à tous et pour tous.

Les Nuits d’Orient sont-elles devenues un véritable rendez-vous culturel à Dijon ?

Ce temps fort de la vie culturelle dijonnaise a grandi autour de rencontres artistiques et humaines, de formes innovantes et de l’émergence de créations originales. Le festival Les Nuits d’Orient embarque ainsi le public durant 2 semaines en décembre pour partir à la découverte de ce qui unit l’Orient à l’Occident, à la recherche de nos héritages partagés. Il convoque des valeurs humaines universelles comme le respect, la tolérance, le partage et le métissage. C’est aussi ce que les partenaires et le public viennent chercher et expérimenter durant ces 2 semaines de festival.

 Cette année, la programmation était encore une fois très riche, quels ont été les moments forts de cette édition ?

Le programme éclectique et pluridisciplinaire, au carrefour de la tradition et de la modernité est élaboré en collaboration avec des partenaires de tous horizons (des institutions culturelles aux structures socioculturelles, en passant par des associations) qui se fédèrent pour construire ensemble non seulement le dialogue entre les cultures, mais aussi la rencontre entre les publics.

Cette édition, l’exposition des dessins « le Liban en bulles » de Mazen Kerbaj à la Nef, le concert de HK & Les saltimbanks à la salle Mendès France de Quétigny, le concert Casbah Groove au Grand théâtre ont retenu mon attention. La rencontre du poète tunisien Tahar Bekri au sein du musée Magnin était aussi un joli moment de partage.

 Comment avez-vous senti le public ?

Le public était au rendez- vous avec une vraie diversité et mixité selon les actions programmées.

 A-t-il été présent et réceptif cette année encore ?

Le public a répondu à l’appel des Nuits d’Orient, comme chaque année. Cette édition était plus grave avec les événements récents rendant le message du festival d’autant plus nécessaire :  restons unis dans nos différences.

Avez-vous déjà des idées pour l’année prochaine ? Des artistes, des thèmes particuliers ?

Pas encore de programmation arrêtée. Nous nous laissons le temps avec les partenaires d’évaluer le festival qui vient de se dérouler.

À partager sur les réseaux sociaux

Les derniers articles